Bien que la ducasse d'Ath soit calquée sur un modèle bien précis de protocoles et de traditions, chaque ducasse est différente.
Chaque année, cette rubrique sera complétée avec les petits évènements hors-ducasse et toutes les précisions propres
à la ducasse de l'année concernée.

 
 
Un lundi matin, le géant Golath est tombé sur le Pont Carton, son panier ayant heurté une bordure et son casque étant
pris dans un arbre.
La tête du géant a été fêlée du front au menton, à gauche du visage.
 
 
La ville ayant été libérée le 3 septembre, un généreux mécène a payé pour que la Ducasse ait lieu par la suite.
Dès le 8 septembre, une partie du cortège est sortie.
Chaque année, la grosse cloche sonne le 3 septembre pour commémorer la libération.
 
 
Suite à une tempête, le cortège a été reporté d'une semaine !
 
 
premier "brûlage des marronnes"
 

Sonnage de la cloche - suite à un sabotage, le corde permettant au public d'actionner la cloche se casse.
La corde a cédé à nouveau en 1991.
 

Un incendie ravage la "Roue Lumineuse" sur le champ de foire le samedi peu après les vêpres.
Heureusement, aucun blessé n'est à déplorer.
 
 
Le cortège est interrompu à cause d'une pluie battante.
Des dégâts importants ont été causés aux costumes par l'intempérie. Une année noire pour notre ducasse.
 
 
Repositionnement du groupe des 19 communes en tête du cortège, juste derrière les pompiers.
 
 
- La chorale irlandaise "Cois Clagaigh Chamber's Choir" impressionne l'assemblée réunie à l'Eglise Saint-Julien à
l'occasion du mariage des géants.
On retiendra spécialement la magnifique prestation du "Grand Gouyasse" chantée en patois par un groupe
qui, rappellons-le, nous vient d'Irlande...
- 3 "géants" catalans ont été invités à danser sur l'Esplanade le lundi après-midi
- Départ à la "retraite" du chef-porteur de Goliath.
Alain Sauvage laisse la place, après 35 ans comme porteur, à Jean-Claude Cloquette.
 
 
La Ducasse 2004 a bien entendu été marquée par la tragédie de Ghislenghien.
Beaucoup d'animations ont été supprimées.
Seuls le mariage, le combat et le cortège ont été maintenus.

Samedi à 12h00, le "sonnage" de la grosse cloche a été adapté aux circonstances.
Un coup de cloche a été donné, suivi de 2 minutes de silence.
Ensuite, le sonnage a redémarré, comme chaque année jusqu'à 12h15.
 

C'est la chorale tournaisienne "A travers Chants" qui a assuré la partie chantée de la messe, sous la direction de
Michel Jakobiec.
Notons également la présence de Mgr Harpigny, évèque de Tournai, ainsi que d'une délégation de la ville de Brioude
(en raison du 600ème anniversaire de l'Eglise Saint-Julien).

 

David a enfin vaincu Goliath après un essai infructueux l'année précédente.
C'était le dernier combat de Florian qui laissera sa place l'an prochain à un nouvel héros. 
 
 
Il avait été demandé aux fanfares de ne jouer que des airs sobres.
Les porteurs arboraient une cocarde noire.
Les pompiers ont participé au cortège, sans leur fanfare, et ont été accompagnés des quelques représentants
d'Electrabel et de la police.
Le cortège a débuté avec une dizaine de minutes d'avance et s'est terminé, comme prévu dans la charte, relativement tôt.
Notons également que le Cheval Bayard, qui habituellement effectue sa première danse devant l'hôpital lors de
son transfert vers la gare pour prendre place dans le cortège, n'a pas dansé cette année.
Les porteurs ont simplement cabré le cheval pour saluer les spectateurs.
Quatre cavaliers de la police fédérale ont fermé exceptionnellement le cortège.

En ce qui concerne les porteurs, notons la promotion d'Eric Monrival comme chef porteur du Cheval Bayard, après
29 ans de bons et loyaux services comme porteur.
Joris Piérot a également fait son entrée dans le groupe des porteurs de Madame Goliath.
Joris a fait sa première danse "officielle" le samedi juste avant le mariage des géants, non sans stress.
 
 

 

 C'est sous une pluie battante que nos géants ont été réveillés le samedi 19 août, pour la première fois.
Cette initiative a été mise en oeuvre dans le cadre des multiples commémorations de cette année :
 - Les 30 ans de l'entité athoise
- Les 200 ans de la tête actuelle de nos géants
- Le premier anniversaire de la reconnaissance par l'UNESCO
- Les 525 ans de Goliath
Malgré le temps maussade, les chérubins de l'entité étaient bel et bien au rendez-vous.
Après avoir fait énormément de bruit avec leurs tambours et autres accessoires bruyants, nos géants se sont réveillés.
Nous les avons entendu discuter de notre belle ducasse et de l'importance de la reconnaissance par l'UNESCO.
Ensuite, nous avons pu écouter quelques morceaux joués par un regroupement de jeunes musiciens issus de plusieurs
fanfares de la région.
Enfin, nous attendions tous la prestation de Mme A. Jorion, qui nous a interprété le nouvel "Hymne des Efants de Gouyasse"
de C. Cannuyer et J.P. Jorion.
Dès la dernière note jouée, la cour de la Maion des Géants s'est vidée "en un éclair" (au sens littéral)...
Une grande réussite pour cette première. Dommage que le temps n'était pas avec nous.

 

 Le dimanche 20 août à 20h, Christophe Hespel, le "découvreur" de la source du bonimée en 2004, nous a proposé
un spectable : "Moi, David".
L'artiste a rassemblé des textes sur David et les a mis en scène. Nous avons pu, grâce à son talent, découvrir
l'histoire de ce personnage, que, finalement, nous connaissions peu.
Merci à Christophe pour ce belle soirée.
A la suite du spectacle, le numéro 1 du "Certificat des Efants de Gouyasse" a été remis à Guy Spitaels, notre précédent bourgmestre.
Enfin, Christian Cannuyer et Christophe Hespel ont dédicacé leur nouvelle brochure "David affronte Goliath".

 

Le brûlage des Marronnes s'est clôturé, cette année, par un très beau feu d'artifices.
 

Malgré les prévisions climatiques, nous pouvons dire que nous avons eu beaucoup de chnace de ne pas avoir eu de
pluie durant le week-end. Quelques gouttes sont tombées samedi matin, mais il n'en paraissait plus rien pour
le mariage de l'après-midi.
Une fois de plus, les organisateurs des Vêpres nous ont offert un moment inoubliable pendant la "cérémonie".
Pour la deuxième fois, ce sont les Coeurs de l'Union Européenne et le quatuor de l'ensemble orchestral de
Bruxelles, sous la direction de Dirk De Moor, qui ont assuré la partie musicale de la fête, qui s'est terminée, comme
d'habitude, par la chanson du Grand Gouyasse.
Enfin, nous n'oublierons pas le discours en patois de Xavier Mouligneau, intitulé "Gouyasse maïeur", qui
nous a bien fait rire.
Après le mariage, le combat... Cette année, le petit Maisson n'a malheureusement pas réïtéré son exploit de 2005.
Mais ce n'est pas grave, la cuvée 2006 de la ducasse d'Ath est quand même devenue un grand millésime.

 

 

Toutes les commémorations de cette année ont bien entendu été le prétexte pour ajouter quelques activités inédites.
En effet, nous noterons par exemple la photo de groupe prise dans la cour de l'Académie de Musique, avec tous les
figurants du cortège. Ensuite, il y a eu l'alignement des géants devant le nouvel Hôtel de Police et la remise
de décorations aux anciens porteurs.
Enfin, comme tous les 5 ans, le cortège s'est terminé par un superbe rondeau à la Place Ernest Cambier.
Nous avons d'ailleurs pu surprendre un bisou entre Samson et Melle Victoire... Et alors, hein !!!
 
 

Le temps s'est dégradé lundi.
Mais les géants ont quand même dansé pour les résidents du hôme de l'hôpital. D'accord, ils étaient bâchés, mais
bon, ils étaient quand même là.
Et, tout compte fait, il n'a pas plu.
Par contre, la pluie est arrivée un peu plus tard.
Malheureusement, l'envol des montgolfières a dû être annulé.
 
 

 

 

 




 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement